Philippe Pouletty, infatigable chercheur-entrepreneur - FlexMedia


Philippe Pouletty, infatigable chercheur-entrepreneur - FlexMedia

Simultanément à la cotation en bourse de SangSat, le chercheur injecte des capitaux dans l'entreprise spécialiste de la biotechnologie RedCell Inc. (actuellement appelée Conjuchem Inc.) analysant les séquelles des interactions médicamenteuses sur les érythrocytes et l’albumine. Grâce à de nombreux brevets consignés à titre personnel, Philippe Pouletty (Flexmedia) a conçu SangSat Inc. courant 1988. Cette société se spécialise dans la transplantation d’organes et se révèle cotée au Nasdaq depuis 1993. Spécialisée en biotechnologie, Clonatec se présente comme une pionnière du domaine dans l'Hexagone. La compagnie a été fondée par Philippe Pouletty au début de son parcours professionnel de chercheur. Important acteur en termes de transplantation d’organes, SangSat a développé et commercialisé une substance véritablement performante contre les rejets, la Thyloglobuline. Ce produit novateur se trouve être acheté par l'enseigne Genzyme dans les années 1990.

Œuvres remarquables en faveur de la recherche

Afin de favoriser l'investissement dans l'univers de la recherche et de stimuler les progrès technologiques, le futur gérant de Truffle Capital a proposé depuis 1999 différents changements incluant le perfectionnement de la fiscalité et l’introduction du statut de JEI (jeune entreprise innovante). Opérant sur le continent européen et américain, Philippe Pouletty a constitué une foule d'établissements de biotechnologie concevant des soins ainsi que des matériels médicaux originaux. L'ancien interne jouit d'une grande variété d'initiatives dès ses premières années dans le monde de l’entrepreneuriat. Tout au long des années, Truffle Capital a subventionné une soixantaine de PME visionnaires dans le milieu de la recherche. La société de gestion fonds d'investissement a entre autres donné l'opportunité de proposer plus d'un millier de places aux travailleurs.

Le fonds d'investissement Truffle Capital promeut les recherches sur les cancers du sein et de la thyroïde à partir de 2005 via l'enseigne Théraclion. Elle produit et distribue de nouveaux dispositifs thérapeutiques par ultrason. Truffle Capital a notamment mis en place Neovacs en 2003 pour trouver des médicaments pour soigner les syndromes relatifs à l'auto-immunité. Grâce à son fort potentiel d'évolution, le centre de recherche se retrouve coté en bourse en 2010. En 2015, Pilosciences a été fermé au même titre que Cytomics, l'enseigne affectée aux médicaments antifongiques. Philippe Pouletty s'avère notamment entré dans l'univers de la dermocosmétique à travers cette startup fondée en 2011. Altimmune se joint au portefeuille géré par Philippe Pouletty en 2007 et fusionne ensuite avec Pharmathène US. Notée au NYSE, l'enseigne se concentre sur la conception d’immunoadjuvants dédiés aux vaccins ainsi qu'aux médicaments traitant les infections.

Cursus scolaire et débuts dans le milieu de la recherche

Courant 1985, le futur businessman reçoit son doctorat d’État en médecine de l’UPMC (université Pierre-et-Marie-Curie) avec les félicitations du jury. L'étudiant est ensuite admis à Stanford en 1986. De 1986 à 1988, Philippe Pouletty se trouve être un membre actif de l’équipe de recherche en biologie moléculaire de l’université de Stanford. L'ancien interne se fait vite remarquer en raison de sa spécialisation en la matière. L'étudiant a étoffé ses compétences en immunologie ainsi qu'en virologie à l’Institut Pasteur de Paris en plus de son travail hospitalier. En 1984, l'étudiant sort par conséquent major du grand cours d’immunologie générale. Philippe Pouletty fini sa formation à l’UPMC (université Pierre-et-Marie-Curie) courant 1981. Le futur chercheur a pu s'inscrire à la faculté de médecine après avoir eu son bac série C.